On chauffe la cabane !

26/10/2015

Tout a débuté le jour où nous nous sommes intéressés de plus près au mouvement des ''Tiny houses'' qui prenait rapidement de l'ampleur aux États-Unis.  Les défis de construction que représentaient ces petites habitations nous ont tout de suite attirés.  Comment allier l'esthétisme à l'aspect pratique tout en ayant une combinaison d'éléments techniques qui conviendraient au climat québécois ? Puis, les recherches se sont intensifiées le jour où nous avons pris la décision d'aller de l'avant avec la construction de notre première unité. Construire une micro-maison pour soi est une chose, mais en construire une dans l'optique de la commercialiser en est une autre. La conception générale se doit d'être sans reproche, rien ne doit être laissé au hasard, il ne faut donc pas négliger cette étape. Les variances de température que nous connaissons, avec les saisons au Québec, apportent également leur lot de défis supplémentaires : gestion de l'humidité et de la qualité de l'air, installation d'un système de chauffage suffisamment performant, conception d'une enveloppe du bâtiment qui saura nous offrir l'isolation nécessaire versus les dimensions limitées de l'espace, etc.

 

Notre mode de chauffage :  un MINI poêle à bois. Un produit conçu et fabriqué à Montréal, au départ pour les voiliers, mais dont le public cible a dû s'élargir considérablement dans la dernière année avec l'avènement de l'engouement face aux petits espaces. Nous nous sommes tournés vers ce mode de chauffage par choix et par goût personnel, pour l'aspect chaleureux, l'ambiance créée par une simple flamme et le type de chaleur produite par le feu. Nous avons analysé plusieurs systèmes qui auraient été probablement plus simples d'utilisation, mais rien n'égalait, à nos yeux, l'apport qu'aurait potentiellement cette petite merveille dans notre espace.

 

Voilà donc 3 semaines que nous en avons fait l'essai, un peu plus par plaisir que par nécessité, je dois l'avouer. La maison est très bien isolée de sorte que nous en sommes encore à chauffer que partiellement, l'apport calorifique de tout ce qui nous entoure (appareils électroniques, nous-mêmes, etc.) ayant un impact considérable. À titre d'exemple, nous avons, ce matin (vers 11h), fait monter la température ambiante à 22,5 degré Celsius et au moment où j'écris ces lignes (18h00), il fait 21,3 à l'intérieur, tandis qu'on affiche 1,3 à l'extérieur. Le soleil étant tombé, nous devrons éventuellement repartir le poêle modérément afin de maintenir le confort intérieur. Présentement, nous utilisons uniquement des résidus de chantier, y ayant accès facilement. Bien entendu, ceux-ci brûlent plus rapidement que si on utilisait des bûches d'érable, par exemple, mais jusqu'à ce jour, l'alimentation du poêle n'est pas un problème. En prévision des nuits froides d'hiver, nous avons également testé l'utilisation de bûches écologiques de bois franc que l'on coupe en 2. Une moitié prend 3h30 à brûler et dégage énormément de chaleur. Très efficaces, trop efficaces pour le moment, mais elles risquent d'être appréciables en janvier !

 

Nous pourrions également utiliser d'avantage les gains solaires passifs en revoyant l'orientation actuelle de nos installations, étant sur des roues, tout est possible. Par contre pour des raisons de ''vue sur le fleuve'', vous comprendrez qu'il est hors de question que l'on bouge quoi que ce soit ! L'espace étant très petit, il n'y a aucun doute que cet apport aurait une grande influence sur nos habitudes de chauffage en période plus froides.

 

Un bon apport d'air frais et l'évacuation de l'air vicié et de l'humidité sont primordiaux et, donc, à prévoir. La conception de votre micro-maison doit tenir compte de ces principes de base, sinon, la qualité de l'air et votre confort s'en trouveront  grandement affectés. L'utilisation d'un poêle à bois simplifie considérablement la gestion de l'humidité ambiante, celui-ci asséchant davantage l'air que tout autre mode de chauffage. Pour un confort optimal et un environnement sain, il est important de voir à ce que le taux d'humidité de l'air ambiante demeure convenable (entre 30 et 55%). L'air est trop sec ? L'utilisation d'un chaudron d'eau demeure la manière la plus simple et la moins coûteuse de ramener le tout à un niveau acceptable ! Vous devrez aussi prévoir une admission d'air indépendante (si le poêle n'en possède pas), afin de compenser les pertes d'oxygène nécessaire lors de la combustion. Ceci vous permettra également d'empêcher les retours possibles de fumée que pourrait provoquer l'utilisation simultanée des ventilateurs d'extraction d'air vicié, tout dépendant du niveau d'étanchéité de votre unité.

 

Défi relevé ! Nous avons un environnement confortable, pratique et esthétique, un aspect sur lequel je ne fais aucun compromis, au grand dam de mon amoureux qui lui, s'il pouvait, installerait des capteurs de données techniques de toutes les sortes sur les diverses fluctuations possibles dans notre micro-maison, avec un grand centre de contrôle dans le lit !!!

 

Mise à jour 20h | Toujours pas partis le poêle. Extérieur 0,8 degré Celcius. Intérieur 22,2. On a cuisiné, voilà tout !!

 

Pour toutes questions sur nos produits, micro-maisons sur roues ou autres, écrivez-nous ! info@mamaisonlogique.com

 

 

MISE À JOUR - NOVEMBRE 2017

 

Voici désormais notre mode de chauffage: un discret convectair de 1500W connecté sur le 120V que nous pourrons faire fonctionner à notre guise, selon l’usage que nous ferons de notre unité en hiver.

 

Sans vouloir faire une critique du produit, mais plutôt vous donner l'heure juste et vous partager notre expérience personnelle, le poêle à bois s’est avéré être un mode de chauffage qui ne répondait pas à nos besoins, mais qui, en termes de rendement, convenait amplement à l'espace*. Nous étions conscients dès le départ que ce n'était pas l'idéal, mais nous étions tout de même charmés à l’idée de se retrouver devant une chaleureuse flamme par une soirée froide de janvier, d’autant plus que la petitesse de celui-ci ferait sans doute éventuellement jaser allègrement.

 

En réalité, dès le premier mois de son utilisation, en octobre 2015, Pascal a voulu le condamner puisque l’objectif du 1er hiver passé dans la tiny était d’être en mesure de donner des chiffres aux clients potentiels. Effectivement, nous étions les premiers cobayes faisant l’usage de notre produit et il était primordial pour nous d’expérimenter plusieurs facettes de celui-ci afin de pouvoir exposer des faits quant aux coûts de chauffage et autres éléments et également de pouvoir apporter certaines modifications au besoin. Bien que nous ayons procédé à différents tests les 2 premières années et que notre unité soit conçue pour être 4 saisons, il n'a jamais été question pour nous qu'elle soit habitée à l'année. Nous en faisons, comme prévu, un usage très partiel en hiver.

 

Nous avons donc utilisé, pendant 2 hivers une vulgaire chaufferette électrique qui fonctionnait par intermittence pour atteindre la température ambiante souhaitée. Bruyante et « dans les jambes », nous savions que c’était une situation temporaire.

Coûts de chauffage:
Hiver 1 - 64$ (début novembre - début avril)
Hiver 2 - 76$ (mi-octobre - mi-avril)

Si vous nous suivez depuis longtemps, vous savez que nous habitons Capia au rythme des locations de notre résidence de tourisme, La P'tite jaune du coin (www.laptitejauneducoin.com), la haute saison s'étendant de juin à octobre, nous récupérons par la suite notre maison pour y habiter à temps plein pratiquement tout l'hiver. Voilà que le mode de chauffage principal de notre maison ancestrale est un poêle à bois central. Ce charme d’antan vient avec son lot de responsabilités: ramoner la cheminée une fois par année, rentrer son bois à l’automne, faire des corvées hebdomadaires pour remplir la réserve sous l’escalier, tailler son bois d’allumage, et je ne vous parle pas du ménage toujours à refaire. C’est charmant quand tu es au chalet, mais quand c’est ta résidence principale, tu rêves de peser un jour sur le piton et d’être au chaud ! Ainsi, nous avons ‘’un peu beaucoup’’ fait le tour du poêle à bois comme mode de chauffage principal, mais celui-ci aura évidemment toujours un effet réconfortant en plus d'apporter une ambiance chaleureuse irremplaçable.

P.S. - Planchés chauffants dans L’ABRI de grès, hallelujah !!!!

*Aspects négatifs du modèle choisi: pas de prise d'air extérieur, cheminée de 3 pouces à nettoyer régulièrement pour un usage sécuritaire.

 

 

 

 

Please reload

© 2017 C.Duval | Ma Maison logique inc.

 

        RBQ : 5706.3349.01